Combien vais-je être payé(e) pendant ma maladie ?

Pendant votre arrêt maladie, vous recevez des indemnités d’un montant spécifique, si vous remplissez les conditions.

Montant des indemnités versées par la caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) 

En général, les indemnités sont égales à 50% de votre salaire journalier de base.

Si vous êtes payé mensuellement, le “salaire journalier de base” équivaut au total des 3 derniers salaires bruts que vous avez reçus (avec un maximum de  2 697,24 euros par mois pour 2018), divisé par 91,25.

Par exemple, pour un salaire de 2 000 euros par mois pendant les 3 mois avant votre arrêt de travail, vous recevrez des indemnités de 32,87 euros par jour de la caisse primaire d’assurance maladie (soit 2 000 x 3 / 91,25 = 65,75, puis 65,75 x 50% = 32,87).

Les indemnités ne peuvent pas dépasser un certain montant, selon les cas :

  • si vous avez 1 ou 2 enfants à charge, vous aurez au maximum 44,34 euros/jour d’indemnités ;
  • si vous avez 3 enfants ou plus, vous aurez au maximum :
    • 44,34 euros/jour d’indemnités jusqu’au 30e jour d’arrêt maladie ;
    • 59,12 €/jour d’indemnités du 30e au 360e jour d’arrêt maladie (ou jusqu’à 3 ans d’indemnisation pour une affection de longue durée).

Si votre arrêt maladie dépasse 3 mois, les indemnités peuvent être revalorisées (dans la limite du montant brut maximum) en cas d’augmentation générale des salaires.

Les indemnités vous sont versées après un délai de carence de 3 jours (dans le privé), pour chaque arrêt de travail, sauf en cas :

  • de reprise d’activité entre 2 arrêts de travail n’ayant pas dépassé 48 heures,
  • d’arrêts de travail successifs dus à une affection de longue durée.

Vous recevez des indemnités de la caisse primaire d’assurance maladie pour chaque jour calendaire d’interruption de travail, avec maximum 360 jours d’indemnisation sur 3 ans.

Vous les recevez tous les 14 jours, accompagnées d’un relevé que vous pouvez télécharger en ligne.

Montant des indemnités versées par votre employeur

Si vous remplissez les conditions pour les indemnités complémentaires de votre employeur, cela vous garantit un niveau de salaire particulier en complétant les indemnités versées par la CPAM.

Ainsi, sauf si votre convention collective prévoit des dispositions plus favorables (par exemple, un maintien intégral de votre salaire) :

  • jusqu’au 31e jour d’arrêt maladie, vous avez droit à 90% de la rémunération brute que vous auriez perçue si vous aviez travaillé ;
  • dès le 31e jour d’arrêt maladie, vous avez droit à 66,66% (⅔) de la rémunération brute que vous auriez perçue si vous aviez travaillé.

Pour calculer le montant que votre employeur doit vous verser, il faut déduire les indemnités versées par la CPAM (même si vous avez été sanctionné) ainsi que les versements de votre mutuelle complémentaire (consultez la fiche Dois-je obligatoirement payer une mutuelle complémentaire ?).

Le versement des indemnités complémentaires commence le 8e jour de l’arrêt maladie.

En effet, il y a un délai de carence de 7 jours pour chaque arrêt de travail, sauf pour les accidents du travail et les maladies professionnelles.

Votre employeur vous verse ces indemnités pendant une certaine durée, selon votre ancienneté (consultez la fiche Mon employeur va-t-il me payer pendant ma maladie ?).

Souvent, votre mutuelle complémentaire paie la différence entre votre dernier salaire et les indemnités que vous pouvez obtenir. Cela vous permet de ne pas perdre d’argent à cause de votre maladie.

 
Retour à l'arborescence
x

La suite de ce contenu est réservé aux affiliés de Droits Quotidiens. Pour visualiser une réponse complète, actualisée et claire, veuillez vous connecter ou demander vos accès.

Déjà affilié ?

Pas encore affilié ?

Obtenez la réponse complète en 2 clics.