Je suis malade, dois-je avertir mon employeur ?

Oui, si votre maladie vous rend incapable de travailler, bien sûr.

Lorsque vous tombez malade, vous devez déclarer votre maladie à votre employeur et à la sécurité sociale.

Si votre maladie se prolonge, vous devez également les prévenir : vous devez leur envoyer l’avis de prolongation.

Vous devez avertir votre employeur immédiatement, soit le jour même de votre arrêt de travail.

Parfois, dans les situations d’urgence (hospitalisation d’urgence par exemple), vous ne pouvez pas avertir votre employeur le jour même. Vous devez l’avertir le plus rapidement possible.

Vous ne devez pas nécessairement avertir votre employeur par écrit. Vous pouvez l’avertir par téléphone, par mail, sms, fax, ou même via votre famille, etc.

Dans les 2 jours ouvrables suivant votre arrêt de travail, vous devez transmettre :

  • les volets n°1 et n°2 de votre arrêt de travail à la caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) ;
  • le volet n°3 de votre arrêt de travail à votre employeur.

C’est ce qui permet de prouver que vous avez effectivement averti votre employeur. Cela vous permet de percevoir des indemnités de Sécurité sociale et de votre employeur.

Attention, si vous envoyez tardivement et sans une raison valable (par exemple une hospitalisation) ces volets à la CPAM, vous risquez des sanctions importantes, jusqu’à une retenue fixée à 50% du montant de vos indemnités journalières.

Dans certains secteurs d’activité et dans certaines entreprises, des règles plus strictes sont imposées.

Par exemple, un règlement intérieur peut vous imposer d’envoyer un certificat médical dans un délai plus court, etc.

Renseignez-vous auprès de votre service du personnel, ou lisez votre règlement de travail, pour savoir si une règle s’impose à vous.

De toute façon, votre employeur a le droit de contrôler votre réelle incapacité de travail. Il peut donc vous demander un certificat médical, et/ou vous demander de consulter un médecin du travail.

 
Retour à l'arborescence
x

La suite de ce contenu est réservé aux affiliés de Droits Quotidiens. Pour visualiser une réponse complète, actualisée et claire, veuillez vous connecter ou demander vos accès.

Déjà affilié ?

Pas encore affilié ?

Obtenez la réponse complète en 2 clics.